Par : webmestre
Publié : 12 octobre 2015

EN ATTENDANT LA L.G.V.

Rappel de nos priorités

Face à l’emballement médiatique suscité par l’annonce de la construction des L.G.V. BORDEAUX/TOULOUSE et BORDEAUX/DAX, il importe de garder la tête froide et de préciser nos priorités à savoir :
 

-  L’accessibilité de la gare de PAU et de toutes les gares du Béarn, en particulier la mise aux normes des quais « oubliée » en gare de COARRAZE.

-  La régularité horaire, la fréquence des TER et leur liaison directe vers BORDEAUX et HENDAYE.

-  La lutte pour le maintien et l’extension des TET HENDAYE/TOULOUSE/MARSEILLE et PAU/PARIS/AUSTERLITZ par la ligne classique pour desservir par train direct les villes moyennes de notre grande région (LIBOURNE, ANGOULEME, POITIERS, CHATELLERAULT) ainsi que TOURS, BLOIS (châteaux de la Loire) et ORLEANS.

-  La remise en service journalier des trains de nuit PAU/PARIS et HENDAYE/MARSEILLE/NICE ; HENDAYE/LYON avec des rames réversibles pour éviter les manœuvres dues aux remboursements (BAYONNE/TOULOUSE et MARSEILLE).

-  En attendant la L.G.V. (pas avant 12 ans au minimum) et pour réduire de 10 minutes le temps de parcours de 2h entre PAU et BORDEAUX, il faudrait que le 1er T.G.V. du matin ne s’arrête pas à DAX qui serait desservie par le 1er T.G.V. en provenance de BAYONNE (qui n’est qu’à 1h30 de BORDEAUX). Pour gagner 5 minutes de plus pour tous les T.G.V. on pourrait porter la ligne actuelle de 160 à 220 km/h entre la sortie de la courbe de LAMOTHE et MORCENX. On peut aussi opérer des relèvements de vitesse entre DAX et PUYOO et entre PAU et ORTHEZ, il faudrait aussi pouvoir traverser la gare de DAX à 60km/h.

-  La L.G.V. entre BORDEAUX et DAX n’aura de sens qui si le goulot d’étranglement BAYONNE/HENDAYE disparait. La ligne actuelle est inmodernisable, il faut traiter ce problème en priorité.