Par : webmestre
Publié : 28 juillet

Contribution de la DUT pour la réhabilitation du train de nuit

Depuis des années la DUT a multiplié les pétitions et les actions pour la remise en place du train de nuit du Sud-Ouest vers Paris.

Les liaisons matinales TGV Tarbes-Pau-Paris et Hendaye-Bayonne-Paris durent plus de 4 h et ne permettent pas une arrivée dans la capitale avant la fin de la matinée donc trop tard pour un rendez-vous vers 9h 30.
Le train de nuit, quant à lui, permet une arrivée matinale entre 7h et 8h et un retour à partir de 18h par le TGV du soir. Inversement ce train permettra de partir de Paris, de se rendre dans le Sud- Ouest au petit matin, et de repartir le soir pour la capitale.
Ce train doit être confortable pour tout le monde et accessible surtout pour les séniors qui souhaiteraient l’emprunter pour se rendre dans les stations de villégiature ou de cures (Dax).
Accessible bien sûr pour les personnes à mobilité réduite qui pourraient disposer d’un compartiment adapté

Notre proposition est d’utiliser le train hôtel TALGO très accessible (pratiquement de plein pieds) et limité à 4 couchettes par compartiments ce qui augmente le confort et diminue les risques. Une rame composée de 15 voitures peut transporter entre 250 et 280 passagers.

Dans un premier temps et afin d’assurer une rentabilité économique suffisante, un seul train peut drainer tout le piémont pyrénéen occidental. Il faut surtout éviter le rebroussement de Dax qui pénalise les voyageurs en augmentant d’une heure le temps de parcours en bout de ligne. L’itinéraire du train de nuit serait le suivant :

Départ de Dax -> Bayonne (correspondance avec un TER en provenance D’Hendaye, Saint Jean de Luz, Biarritz)
->Orthez (correspondance avec un bus en provenance de Mont de Marsan)
-> Pau->Lourdes->Tarbes->Montréjeau (correspondance en provenance de Luchon)
->Paris via Toulouse et Limoges sans arrêt.
Arrivée à Paris entre 7 et 8 heures du matin.
Le retour s’effectuerait avec le même trajet et les mêmes arrêts.

 

Si les flux augmentent sensiblement, on pourra envisager le doublement de la rame avec des itinéraires différents.


Le vice-Président chargé des transports ferroviaires
Jean Frilleux



© La République des Pyrénées
30-07-2020