Pétition pour la réouverture de la ligne Pau-Canfranc

jeudi 29 août 2013
par  webmestre
popularité : 91%

Pétition pour la réouverture de la ligne Pau-Canfranc


 Si vous désirez signer la pétition
Cliquer : ICI
(Pétition fermée)
 
5 bonnes raisons pour réhabiliter la ligne.
La DUT s’associe à tous ceux qui luttent pour la réouverture de la ligne du Somport. Celle-ci bénéficie d’un certain nombre d’atouts :


 
- techniquement, elle peut supporter tous les types de trafic aussi bien voyageurs que fret. Les tunnels, y compris le tunnel hélicoïdal, sont à grand gabarit depuis l’origine .

 elle permettra de relier, sans changement de train grâce à l’écartement international, la Bigorre, le Béarn au Haut-Aragon, à Saragosse et à Madrid. Actuellement, les TGV espagnols relient Huesca à Madrid en 1h 40. Pau sera à 4h30 de la capitale espagnole.

 un fort potentiel de flux de voyageurs existe entre les cités religieuses de Saragosse et Lourdes.

 le Haut-Aragon (Sabignanigo, Jaca) pourra rallier Paris par Pau en TGV.

 la technique moderne permet de surmonter la sévérité des rampes entre Bedous et Canfranc soit 30 km sur les 300 que compte la ligne entre Pau et Saragosse. Ces conditions sont bien meilleures que celles du transpyrénéen oriental par le tunnel du Puymorens, toujours en exploitation, récemment modernisée tant du côté français qu’espagnol et ce, malgré un profil de ligne et des conditions climatiques bien plus difficiles. Si cette ligne est viable, la nôtre doit l’ être aussi. Il n’y a pas deux poids, deux mesures.

 La DUT invite toutes les personnes sensibilisées à ce problème à se joindre à elle en signant cette pétition le premier septembre à partir de 14 heures lors du Boulevard en Promenade.

 

 

Article de "La République" du 17/09/13, PDF, 133.6 ko
http://www.dut-pau.fr/archive/IMG/pdf/PauCafranc.pdf
 

Plaidoyer pour le transpyrénéen du Somport, PDF, 41.4 ko
http://www.dut-pau.fr/archive/IMG/pdf/Plaidoyer.pdf

 

Avec nos remerciements, PDF, 46.6 ko
http://www.dut-pau.fr/archive/IMG/pdf/remerciements_2-2.pdf