Par : webmestre
Publié : 28 octobre

DUT-Oct19-Appréciation sur le nouveau réseau de bus

DUT – OCTOBRE 2019
IDELIS2

Le 08 juillet 2019, un nouveau réseau urbain était mis en route. En service réduit, période de « vacances scolaires » oblige. Les nouvelles lignes dont le tracé a été étudié pendant plusieurs mois avec, entre autres, le personnel d’Idélis, un panel d’usagers volontaires et l’active et sage participation de la DUT, se déployaient sur l’ensemble de l’agglomération, mêlant un « air de déjà vu » à des itinéraires inédit.

Premières appréciations sur l’aménagement des lignes

Autant le réseau 2010 faisait la part belle aux dessertes directes entre quartiers et centre ville, avec la création des 2 premières lignes circulaires (C13 et C14), autant le réseau 2019 renoue avec une certaine tradition des années 2000 : desservir le maximum de quartiers, quitte à complexifier certains tracés…
 : GARE SNCF PAU ↔ CENTRE HOSPITALIER FRANCOIS MITTERRAND PAU
- Une belle réalisation à tous points de vue. Un saut qualitatif qui, en matière de transport, va installer PAU dans le gratin des cités reconnues modernes et dynamiques.
- Rénovation urbaine réussie : bld de la Paix transformé, Lyautey-Dufau régénérés…
- Tracé judicieux autour d’importants générateurs de trafic dont l’Université.
- Souci de simplification : seule ligne à desservir l’Hôpital Fr. Mitterrand. (A noter que certains usagers le déplorent…)
- Arrêts en nombre suffisant pour une exploitation optimale. Réelle priorité sur site propre.
- Cadencement satisfaisant dans les conditions actuelles, notamment en journée. Début, fin de journée et soirée : à voir en fonction d’une demande que l’on sent poindre…
- Usagers valorisés : stations confortables, équipements modernes, information fiable.
- Prémices d’un succès espéré quand les 6 Fébus rouleront : d’ores et déjà, bonne fréquentation constatée…

MAIS :
® Rue des Alliés : point noir de l’ex-garage Lamude. Proposition : suppression des feux bus et voitures par l’aménagement de la voie bus sur le côté gauche jusqu’à l’arrêt « Alliés Alsace-Lorraine »
® Gare SNCF : distributeur de tickets toujours en panne (le 25 octobre…)
® Station Barthou-Beaumont : peindre au sol un damier dissuadant les automobilistes de stationner à l’entrée de l’arrêt avec le risque de bloquer le bus venant de la gare (Constaté en heure de pointe…)
® Affichage informations abribus : aux différentes stations, il manque le plan de la ligne avec les correspondances possibles et l’emplacement des stations « Idécycle ».
Les plans de pôles et les horaires-papier nécessitent-ils d’être affichés ?
L’information dynamique en temps réel concernant les 3 prochains bus fonctionne bien et peut sembler suffisante…
® Conducteurs affectés à la conduite de Fébus. A l’exemple de Coxitis, constituer un groupe dédié à Fébus semble être une initiative heureuse. Cependant, certains conducteurs ont du mal à entrer dans le rythme particulier de circulation du BHNS : anticipation, rigueur, discipline… Souvent trop impatients (par rapport aux feux notamment….), trop rapides (coups de frein intempestifs par manque d’anticipation), trop lents (démarrage « mou » aux arrêts situés près de carrefours particulièrement, parasitant le bon fonctionnement des feux et le temps d’attente des automobilistes…).
La conduite de Fébus doit être cool pour le bien-être du conducteur et le confort du passager. Comparons avec l’exécution d’une œuvre musicale :
Trouver le bon tempo voulu par le chef d’orchestre : nous le voyons bien aller d’andante à allegretto en passant par moderato… Pas trop de lento ou de vivace…
Eviter les fausses notes des débuts de Fébus, régler les « erreurs de casting » chez les conducteurs, et la symphonie sera parfaite…

→ Numérotation des lignes :
F (Fébus) - Ligne nouvelle : très bonne visibilité. Cohérence (design stations, matériel). Identification facile.
T1 à T4 - Ajout d’une ligne Temporis 4. T1 à T3 : modification d’itinéraire derrière la numérotation précédente ou modification de numérotation derrière l’itinéraire précédent, c’est selon…. D’où une certaine confusion entrainant quelques désagréments pour les usagers, confusion habituelle lors de tout changement et, semble-t-il, dissipée à ce jour.
5 à 16 - Finies les P (Proxilis)… Simplification bienvenue.
Bus de sous-traitance : pas de girouette latérale ni numéro arrière. Bus de nuit : idem.
Remarque de certains usagers : difficulté à lire (notamment de près…) les petits caractères des girouettes faciales ou latérales. En raison du style d’écriture et de la forme des lettres, les petits points lumineux à leds ne favorisent pas une lecture facile…
Ex : Ligne 8 Destination :

LESCAR Collége (Erreur) Collège (prend un accent grave et non aigu)
 S.Palay (Illisible)

 Ligne 2 Destination : LONS PERLIC

 Par Bosquet (difficile à lire)

→ Configuration des lignes
T1 – 2 terminus suivant les moments de la journée : EFS ou CST Jean Féger. OK pour le prolongement vers CST. Inconvénient : pour se rendre autour du terminus EFS, suivant l’horaire, il faut descendre à l’arrêt Gaston Bonheur. Système « J’y vais, j’y vais pas »
T2 – Prolongement jusqu’au « Nouste camp » avec mini parking-relais. Très bien et à tous les tours.
T3 – Nouveau terminus. Desserte améliorée de Billère jusqu’à « Lacassagne » et par moment « Lescar soleil » Système « J’y vais, j’y vais pas »
T4 – Amélioration des fréquences. Desserte alternée Billere J.Gois – Lons Perlic. Système « J’y vais, j’y vais pas »
5 – Sans changement
6 – Changement sur Bizanos. Passages plus fréquents qu’auparavant au Stade nautique et innovation grâce à la desserte du Conservatoire.
7 – Sans changement
8 – Terminus alterné « Poey de Lescar » - « Lescar collège ». Ligne dont le parcours est particulièrement tourmenté.
Plus de passage par Euralis ni la route de Bayonne. Pose de gros problèmes aux salariés de la zone de la Coopérative qui n’ont plus que la 12 à leur disposition dont les terminus sont Lescar soleil d’un côté et Auchan de l’autre, sans passage au centre ville de Pau. Obligation de faire une rupture de charge à Lescar soleil avec la 13 ou la 3 à condition que les correspondances fonctionnent correctement.
La construction de la ligne 12 a priorisé les clients du haut de Lescar se rendant en bas vers les centres commerciaux. Les usagers d’Euralis et sa zone nous ont échappé.
9 – Nouveau terminus « Rives du gave » au stade d’eaux-vives. Excellent.
10 – Ligne de l’aéroport. Faible fréquentation en l’état. Plus de desserte de la gare SNCF. Terminus-mystère rue Emile Guichenné.
11 – Passage par Verdun et Orléans. Plus de passage à la gare SNCF. Fréquences peu élevées.
12 – Ligne ne desservant plus le centre-ville de Pau. Changement important pour les usagers qui doivent changer de bus (Fébus) à Catherine de Bourbon pour se rendre en fac ou en ville.
Problème d’Euralis déjà évoqué.
13 – Bonne nouvelle : l’allongement de la ligne par route de Tarbes, Rond-point, Péboué, Blum, Blanqui, Guilhem, Cami salié et EFS. Ligne très tourmentée et longue mais très pratique ponctuellement pour se rendre dans de multiples générateurs de trafic. Excellent.
14 – Recomposition de la ligne dans un sens plus pratique pour les oubliés du précédent réseau. A surveiller dans le temps. Peut se révéler très utile.
15 – Ligne inédite. Devrait rester assez confidentielle dans un premier temps ; dessert beaucoup de zones pavillonnaires.
16 – Nouvelle ligne desservant Montardon et son important lycée agricole. 8 rotations par jour ; démarrage discret qui devrait continuer à le demeurer un certain temps…. Ou un temps certain.

→ Périodes
La communication d’Idélis dès le lancement du nouveau réseau, faisait la promotion d’Idélis2 en titrant sur les supports électroniques dans les bus :

Plus de bus
Plus de fréquences
Plus de périodes

• « Davantage de bus et de fréquences », ça peut se vérifier sur beaucoup de lignes. A des degrés divers, on peut considérer qu’il s’agit d’une amélioration de l’existant, notamment la T4 et la T3 (côté Billère).
• « Davantage de périodes », scolaire, vacances scolaires, samedis, dimanches et jours fériés, soirée, été… Cela ne représente pas un progrès ; c’est un recul… ça fleure bon la STAP des années 1990 – 2000.
Le grand recul concerne la création d’une période « vacances scolaires » avec moins de fréquences. Le précédent réseau proposait la même offre tout au long de l’année sauf la période de 8 semaines d’été. C’était simple à comprendre et facile à mettre en œuvre…
• Offre réduite : on peut comprendre le gain espéré d’économies substantielles en raison d’une demande à satisfaire moins importante en « vacances scolaires ».
• Concevez que la complexité engendrée par ce nouveau système n’incite pas à l’abandon facile de sa voiture pour ses déplacements. Les captifs qui n’en peuvent mais… font avec, à leur corps défendant. Par endroits, ils reprennent leur voiture !
• « Jamais sans mon dépliant horaire… », sans mon portable sur « Idelis » ou (nouveau…) « Modalis » : tel un viatique à recommander aux clients des bus ! 
• Finie la compréhension facile du fonctionnement du réseau.

→ Fréquences
L’offre kilométrique croît substantiellement, les fréquences suivent mathématiquement. Nous ne craignons pas pour les prochaines statistiques.
• Sur les Temporis, le changement consiste à casser le cadencement systématique à 10’. Changement d’habitude important pour l’usager !
Flexibilité des horaires en fonction des heures de pointe et des heures creuses… 8’ au lieu de 10’ entre 2 bus : super ! Mais on s’en aperçoit tout juste ! Quand vous passez les 10’ et que vous devez attendre 15 à 20’, ce n’est pas la même musique…
Le client que vous avez perdu à l’aller, temps d’attente trop long, vous ne le retrouvez pas au retour… Une évidence tellement évidente qu’il est bon de la rappeler !
• Sur les autres lignes, évolution importante : plus de cadencement systématique à 30 ou 40’ (très simple et facile à retenir…) Nous pouvons penser que les contraintes horaires de desserte d’établissements scolaires principalement ne sont pas étrangères à ce changement.
Exemple : attente entre 2 bus - Ligne 13 – Cité des fleurs : 44’ à 9h40 - 21’ à 16h16
Tous à vos guides-bus !
• Fins de service : pas de cohérence entre les périodes.
Exemple : Ligne 13 – Lescar-Soleil – derniers départs – période scolaire : 18h43 - 19h15
 Vacances scolaires : 19h02 - 19h26
 Samedi : 19h17 – 19h45
Comment justifier de tels écarts, notamment avec un dernier départ - beaucoup trop tôt - à 19h15 ? Qui est le client –cible : le travailleur de Cultura ? le vacancier scolaire ?
On pourrait croire que ces fins de service ont été construites en fonction des roulements de travail des conducteurs et non des besoins des usagers… Simple mauvaise foi de notre part ?
Les exemples peuvent être multipliés et sont calqués sur le même modèle.
• Des retards parfois importants nous ont été rapportés sur certaines lignes durant cet été. Ils se sont confirmés depuis le 02 septembre.
Les travaux du BHNS ne sont pas totalement terminés. Un espoir de calme se profile… mais que nenni, ça continue ! Mise à 30km/h de plusieurs rues de l’hyper-centre.
Travaux nécessaires mais combien pénalisants.
Les 30km/h ne devraient pas pénaliser les bus. Ils roulent déjà à cette vitesse en centre-ville. Le plus pénalisant concerne les passages piétons et la multiplicité des cyclistes. Tant mieux pour les déplacements doux. Mais pour de gros engins comme les bus, c’est une gêne supplémentaire.
La tendance est aussi au rétrécissement des rues pour ralentir la vitesse de circulation : voir les rues Saragosse et René Cassagne récemment rénovées. Les véhicules imposants sont les plus pénalisés dans ce cas là.
De plus, il a fallu s’y reprendre à 2 fois au croisement Saragosse – Garcia Lorca, le bus ne pouvant pas tourner à angle droit sans interrompre la circulation lors de la 1ère livraison des travaux.
Place Baudelaire : aux heures de pointe, le bus ne peut pas croiser la file de voitures dans le virage. Il est obligé d’attendre… De plus, le revêtement de la rue Cassagne comporte quelques anomalies : très bosselé, notamment au niveau des plaques en fonte au milieu de la chaussée. Quand il pleut un peu fortement, l’eau s’évacue lentement et laque le long des trottoirs… Lorsqu’un véhicule circule, surtout si c’est un bus, il est conseillé de ne pas se trouver sur le trottoir (pourtant refait à neuf et très large…) ; projection d’eau et bain de pied garanti (expérience vécue…).
Si les temps de parcours ne tiennent pas compte de toutes ces nouveautés, la dégradation du service s’accentuera.


Quelques remarques glanées ça et là au gré de nos rencontres
Le nouveau réseau manque nettement d’ambition.

© Pas de bus de l’aire de covoiturage de Lescar vers Emmaüs, le nouveau pôle économique de Lons près de l’hippodrome et le centre ville de Pau. Proposition : pourquoi la ligne 10 venant ou allant à l’aéroport d’Uzein ne pourrait pas passer par Emmaüs ?
© Route de Bayonne. Desserte d’Euralis par une ligne démarrant de la rocade Ouest (création d’un parking-relais) et directe vers Pau par Lescar-soleil, la route de Bayonne, Gramont et Bosquet.
© Route de Gan. Fréquences de la ligne 11 trop espacées. Pas de parking-relais. Quid du projet près de la halte ferroviaire ? Quid de l’idée de parking-relais près la fromagerie des Chaumes ?

Points particuliers
© Rappel pour les conducteurs : attendre que les personnes âgées soient assises avant de démarrer d’un arrêt.
© Affichage plan du réseau abribus. La couleur s’efface à la lumière du soleil. Le plan devient illisible : les couleurs vives disparaissent. Exemple : terminus EFS Pau. Il a déjà été remplacé et d’autres mériteraient de l’être.
© Informations abribus : pas de plan de ligne affiché hors plan général plutôt difficile à déchiffrer. Voir email joint adressé à Idélis.
© Sous-traitance.
Conducteurs : certains ne connaissent pas les lignes et se font guider par les passagers. Ils ne savent pas toujours faire fonctionner la rampe amovible. Ont-ils eu une formation spécifique « urbains » ?
Matériel : un peu vieillot mais bien entretenu et propre. Moyens d’information informatiques inexistants. En attente de véhicules neufs.
Fonctionnement de la ligne d’Aressy : 804bis. 7 rotations/jour effectuées par Kéolis en plus des bus régionaux ?
© Fréquentation des bus de nuit. Les itinéraires de soirée correspondent-ils à un besoin spécifique ?
© Fébus a son terminus bien à lui au Centre Hospitalier près d’un parking-relais construit pour l’occasion. Les ex 1 et 2 avaient leur plateforme de retournement près du centre Vignalou. La place a été libérée… que croyez-vous qu’on y aménagea dare dare ? 22 places de parking VL ! Ils n’en auront donc jamais assez.
Ce vaste pôle de santé noyé dans un océan de voitures, ça parait inimaginable. Si on pouvait colorer et rendre visibles les particules fines et autres rejets automobiles en suspension au dessus de l’hôpital, les cliniques et les maisons de retraite du quartier, on en mourrait d’effroi….

 

 DUT, le Président, Bertrand Bousseau PAU, 25 octobre 2019