Pau : déjà 800 abonnés aux vélos libre-service Idecycle

mardi 19 octobre 2010
par  webmestre
popularité : 33%

Par Natacha Viguié
Publié le 19 octobre 2010 à 04h00
Mis à jour à 09h43
 

 93% des trajets durent moins de 30mn et sont donc gratuits (Photo Jean-Philippe Gionnet)

En un mois, le nombre d’abonnés annuel a plus que doublé. Idélis recense 145 emprunts quotidiens répartis dans les 20 stations.

Le réservoir est presque à sec et les bus ne passent plus ? Pas de panique, 220 vélos attendent les Palois. Bien sûr, depuis un mois, pas un vélo cycliste Idecycle n’a pédalé jusqu’au Tourmalet puisque 90 % des trajets font moins de 4 km, mais le service prend de l’ampleur. Déjà 800 personnes ont pris un abonnement depuis le 13 septembre, date de la mise en service.

Et le nombre d’abonnés annuels a plus que doublé passant de 60 à 180 aujourd’hui. Ce « maillon complémentaire du transport public », comme aime à le souligner Vincent Dunez, le directeur d’Idélis, a aussi convaincu les abonnés Idélis qui utilisent le réseau des bus palois. Ils sont exactement 100 à avoir goûté aux joies du vélo en libre-service.

Stations mobiles pour renforcer le dispositif

Et sur les vingt stations réparties en ville (voir carte), celles de Bosquet, Verdun et Clemenceau ont la faveur des usagers. S’il n’est pas encore question d’en créer de nouvelles, deux stations mobiles existent. L’une d’elle a été testée lors de la foire expo de Pau. « En deux heures elle est opérationnelle. On regarde en ce moment les sites pertinents pour venir renforcer notre offre Idecycle de façon ponctuelle lors d’événements particuliers, comme au Floralies par exemple. À Noël, il est probable qu’une station mobile de 20 vélos vienne compenser la forte demande place Clemenceau », précise Vincent Dunez. Le directeur, fier de ce bon démarrage, n’en oublie pas la forte influence du temps dans la fréquence d’utilisation. « Quand il pleut, on voit bien que la somme des vélos louer baisse fortement », concède-t-il.

Un atelier et une fourgonnette

Chez Idélis on affirme qu’en moyenne, chaque vélo fait une rotation par jour. « Notre objectif est d’arriver à trois voire 3,5 quotidiennement », précise Vincent Dunez. Et pour arriver à un tel résultat, il est indispensable de bien s’occuper du parc de 220 vélos d’Idécycle. Et c’est Stéphane Bouget, 22 ans et Christian Hameau, 49 ans qui s’en chargent dans le local de la place d’Espagne. « Grâce à une fourgonnette qui peut contenir dix-huit vélos, on effectue des rééquilibrages entre les stations, le plus souvent le matin et le soir », explique le directeur de l’agence Patrick Barrière, qui confie mettre lui aussi la main à la pâte. Et pas besoin d’un logiciel dédié, le site Internet de réservation Idecycle.com qu’utilisent les usagers indique en temps réel les vélos loués et donc les stations où il en manque. La technique consiste à laisser une moitié d’emplacements vides pour faciliter le dépôt.

Le reste de la journée, Stéphane et Christian vérifient la pression des roues, le système électrique d’éclairage et le freinage. Tous les deux formés spécialement, ils dépannent également les bornes de paiement (Verdun, Bosquet et place Royale) et les « bornettes » servant d’attaches aux vélos. « On ne constate pas de casse ni de vol. Je crois que le seul incident recensé pour l’instant c’est un vélo resté cadenassé à un poteau près de la gare », se souvient Patrick Barrière.

Mais attention, si un usager se fait voler son vélo louer en libre-service, la caution s’élève à 150 euros, la valeur de la caution.

© La République des Pyrénées