En attendant la L.G.V...

jeudi 9 avril 2015
par  webmestre
popularité : 45%

 Optimisons l’exploitation du réseau actuel pour améliorer la desserte du Béarn et de la Bigorre.
 Dans le contexte actuel et à la lumière des dernières décisions concernant la L.G.V Bordeaux-Hendaye, nous constatons que : 

-> Dans un premier temps, la L.G.V se limitera à la section Bordeaux-Dax en utilisant le tronc commun Bordeaux-Beaulac de la L.G.V Bordeaux-Toulouse, elle ne sera opérationnelle au mieux qu’en 2027 et Dax-Hendaye en 2032.
-> Le Béarn et la Bigorre ne seront plus desservis, à moyen terme, par la L.G.V (2040 ? 2050 ?).

 A partir de ce constat, nous avons trois solutions possibles :

A. Attendre pendant 15 ans au minimum sans aucun gain de temps la réalisation de la L.G.V pour gagner 20 à 25 mm.
B. Porter la vitesse de la ligne actuelle Bordeaux-Dax de 160 à 220 km/h (voire à 240km/h) pour gagner 14 à 18 minutes.
C. Optimiser le réseau existant par des aménagements partiels, immédiatement réalisables servant de trône commun pour les options précédentes et qui apportent des améliorations substantielles aux villes du piedmont pyrénéen et des Landes.

Phase A :
Nous préconisons : 

-> La réhabilitation de la voie Tarbes/Mont-de-Marsan autorisant une vitesse de 160km/1 qui peinte de garder les passages à niveau tout en les sécurisant.
-> Sur la section Bordeaux-Morcenx l’augmentation de la vitesse de 160 à 220 km/h (voire plus) pour un minimum de coûts : rectification d’une seule courbe à Lamothe ; suppression d’un passage à niveau, installation de la préannonce ; renforcement de l’alimentation électrique.
-> Ces investissements, peu onéreux, pour 108km/h de parcours permettent de gagner 10 minutes pour toutes les lignes au Sud de Morcenx.
-> Des travaux permettant le franchissement de la gare de Dax de 30 à 60 (voire à 80km/h) ce qui permet un gain de 2 à 3 minutes vers Pau-Bayonne.

Phase B :

Lourdes et Tarbes deviennent respectivement têtes de lignes sur les trajets Lourdes-Pau-Dax d’une part ; Tarbes/Mont-de-Marsan/Morcenx par la vallée de l’Adour d’autre part.
Quels avantages pouvons-nous tirer de ce dispositif ?
 Sur la première ligne, une diminution de 10 à 15 minutes des temps de parcours pour tous les arrêts.
La possibilité de faire circuler 6 T.G.V par jour grâce aux gains de temps réalisés sur Tour-Bordeaux ; Bordeaux-Dax et par la suppression de l’A/R Lourdes-Tarbes qui fait gagner 2h (1h de trajet et 1h de mise en ordre de marche de train) ainsi, le parcours effectué sur Pau-Bordeaux par trains directs (2 sur 6) se fera en 1h35 voir 1h30 au lieu d’ 1h50 actuellement.
 Sur Tarbes/Mont-de-Marsan/Morcenx, le TGV pourra, dans un premier temps, être tracté par une ou deux locomotives diesels, aptes à 160 km/h. Le Trajet Tarbes-Bordeaux, avec les arrêts de Mont-de-Marsan et Morcenx (il faut détacher la loco diesel) pourrait se réaliser en 2h au lieu de 2h45 actuellement le gain de temps est donc considérable.

Phase C :

L’électrification de la section Tarbes-Morcenx procurera un gain de 10 minutes. La suppression de la traction diesel permettra de bénéficier du gain de temps obtenu par la mise à 220km/h de BordeauxMorcenx.
Ce même gain de temps bénéficiera aux villes du Pays Basque.
Si la L.G.V Bordeaux-Dax voit le jour la ligne Tarbes/Mont-de-Marsan se raccrochera à la gare T.G.V prévue au Nord de cette ville.

Ainsi tous les arrêts TGV du Sud Aquitaine pourront bénéficier de gains de temps substantiels. Nous transmettions nos propositions à tous les acteurs décideurs et sommes à leur disposition pour préciser et affiner ces propositions.

 

La D.U.T. membre de la FNAUT souscrit à la plupart des positions nationale, mais se réserve le droit d’une différence d’appréciation sur certaines.

Texte de la FNAUT =>> : Cliquer ICI.